Accueil » Motivation - Inspiration » Vous vous sentez comment à l’approche des fêtes?

17

décembre

Vous vous sentez comment à l’approche des fêtes?

Le temps des fêtes est source de stress pour plusieurs. Quand, en plus, on compose avec un diagnostic de cancer du sein et des traitements, le stress est souvent augmenté. On doit s’ajuster à sa nouvelle condition, ce qui force parfois à modifier ses traditions pour les réceptions. On ne veut pas pénaliser la famille, mais en même temps, on doit s’écouter et se reposer au besoin. Pas facile quand en plus, la culpabilité s’y met.

Pour ma part, j’avais reçu mon diagnostic une semaine avant Noël. Sous le choc, je n’avais pas trop envie de fêter. En plus, mon diagnostic est survenu une journée avant mon anniversaire. C’est donc dès le lendemain du diagnostic que je célébrais mon anniversaire avec plein d’amis. Seuls mes parents, mon frère et un ami proche savaient pour la mauvaise nouvelle apprise la veille. Cette fête, qui devait être une surprise pour célébrer mes 30 ans, était organisée depuis longtemps. Ce soir-là, j’avais fait « comme si ». Comme si je n’avais pas reçu ce diagnostic de cancer. Cette soirée m’avait donné un moment de répit, mais par la suite, je devais faire face à ma situation. Le temps des fêtes ne me réjouissait pas du tout. Je me souviens que la musique de Noël m’attristait au lieu de me réjouir. Je me souviens de mon désir de rester à la maison, de laisser passer les fêtes sans rien faire, à espérer que cette période passe au plus vite.

Ça, c’était mon premier réflexe. Puis, je me suis forcée à accepter quelques invitations, que j’ai tout de même choisies avec soin.  Honnêtement, les quelques sorties m’ont aidée au niveau du moral. Je me suis concentrée sur les bons moments, sur les délicieux plats préparés (je manquais d’appétit et j’avais moins le goût de cuisiner). Je me souviens également du réveillon du jour de l’an. Je savais que l’année qui venait allait être difficile pour moi. Je la commençais avec une deuxième chirurgie et je ne savais pas encore quels traitements j’allais avoir. C’était une triste façon d’aborder une nouvelle année. Au moment de lever mon verre pour porter un toast à la nouvelle année, je me souviens de m’être fait la promesse que je ferais tout pour me retrouver, un an plus tard, à refaire le même geste, sans cancer cette fois. J’ai pris l’année qui venait comme un défi. Et, durant ce temps des fêtes, j’étais déterminée à y trouver un peu de joie et de réconfort, en me répétant qu’il n’était pas question de laisser ce cancer prendre toute la place dans ma vie. Ça m’a aidée à mieux traverser le temps des fêtes.

Il y a toutes sortes de façons de célébrer et de s’adapter quand on vit avec le cancer pendant cette période des fêtes. J’ai déjà eu à la maison une personne qui venait de terminer ses traitements. Nous avions une entente : elle avait son petit coin (chambre) où elle pouvait se retirer au besoin, quand la fatigue se faisait sentir. Elle l’utilisait quand elle en ressentait le besoin, puis revenait ensuite se joindre à nous. C’était une façon de profiter des fêtes sans en payer le prix en terme de fatigue.

Et vous, comment vous sentez-vous à l’approche des fêtes?

Qu’est-ce que ça change dans votre organisation et vos traditions?

Avez-vous des trucs ou des suggestions à faire aux autres femmes dans la même situation?

Je vous invite à partager vos expériences, j’ai hâte de vous lire.

J’en profite également pour vous souhaiter un doux temps des fêtes.

Signature blogue rose 2

 

 

 

2 Responses to “Vous vous sentez comment à l’approche des fêtes?”

  1. L’année dernière je venais d’apprendre la nouvelle. Tout le monde était au courant et nous avons fait comme si rien n’avait changé. Cette année, maintenant que les opérations et traitements viennent de terminer, j’espère qu,on va parler d’autres choses puisque c’est le seul sujet de conversation que j’ai eu toute l’année. Puisque je ne suis pas encore rétabli à 100%, ma famille vont donner un gros coup de mains quand je vais recevoir le 25. C’est plus facile être à la maison. Si je ne me sens pas bien, je monte me coucher! Nous étions aussi supposés recevoir le 24 mais les plans ont changé pour nous donner un break! J’aurais aimé être beaucoup plus en forme pour les préparations des fêtes mais depuis un an, j’ai appris à vivre au jour le jour. On en fait moins et on demande de l’aide. C’est tout! Joyeuses fêtes!
    Julie xx

    • BlogueRose dit :

      Merci Julie pour votre commentaire. J’ai beaucoup accroché à votre dernière phrase: on en fait moins et on demande de l’aide. Beaucoup de personnes n’osent pas demander, et pourtant! Les amis et la famille se font souvent une joie de pouvoir faire quelque chose de concret pour aider. Il faut oser demander!
      J’espère que les fêtes se sont bien passées pour vous. Vos exemples démontrent bien comment il est possible de changer un peu les habitudes et comment on peut s’adapter.
      Maintenant que les traitements et opérations sont derrière vous, je vous souhaite de très bien vous rétablir en 2013.
      Merci d’avoir partagé votre expérience…

Laisser un commentaire