Accueil » Motivation - Inspiration » Le pouvoir des câlins

1

mars

Le pouvoir des câlins

C’est connu, les câlins apportent beaucoup d’effets positifs. C’est prouvé scientifiquement!

Mais pourquoi les câlins font-ils tant de bien? Le Dr. Harald Traue du département de psychologie de la Clinique universitaire de Médecine et Psychothérapie de Ulm (Allemagne) explique que le contact physique peut mener à la libération de l’hormone du bonheur, la célèbre endorphine. Cela augmente non seulement le bien-être, mais a également un effet sur les douleurs.

Lors d’un contact chaleureux avec une autre personne, notre système endocrinien se met à sécréter de la dopamine, l’hormone du plaisir, et d’ocytocine, le fluide de l’attachement et du sentiment de réconfort. C’est de là que provient notre sentiment de bien-être. C’est physiologique!

calin imagesCAAXP3EX

Mais il faut savoir que pour en ressentir les bienfaits, le câlin doit se poursuivre plus de 10 secondes, alors que la durée moyenne d’un câlin est de 3 secondes. D’après le docteur en psychologie Jan Astrom, à l’origine d’une étude publiée dans la revue Comprehensive Psychology, seulement 10 secondes de tendres contacts quotidiens contribuaient à résorber l’hypertension, à limiter les risques de maladies cardio-vasculaires, à atténuer le stress, à diminuer la fatigue, à éloigner la dépression et même à renforcer notre système immunitaire. De plus, les câlins doux et tendres nous rendent plus joyeux et contribuent à réduire le stress. Beate Ditzen de l’Université de Zurich a révélé que chez les individus qui font régulièrement des câlins, le cortisol, l’hormone du stress, était moins présente. Un câlin a donc aussi le pouvoir de nous aider à nous détendre, à nous sentir en sécurité et à apaiser nos peurs et notre anxiété. Personnellement, je suis étonnée de l’ampleur des bienfaits attribués à un simple câlin, mais je retiens qu’il ne peut que faire du bien, alors pourquoi s’en priver?

En plus, on peut garder l’effet positif du câlin longtemps après, explique la psychologue Wiebke Neberich, donc pour une période plus grande que la durée du câlin lui-même.

En plus de ces effets physiques, il y a également la dimension culturelle et psychologique du câlin. Celui-ci sert en effet à exprimer des sentiments positifs, comme de l’empathie, l’absence d’agressivité, l’encouragement, le support, etc. Nous savons tous que parfois, le câlin peut être bien utile quand les mots nous manquent. Ce simple contact physique peut très bien remplacer les mots dans une situation délicate.

J’étais curieuse de savoir si les Québécois avaient souvent recours aux câlins. Selon un sondage de Léger Marketing, 82% des Québécois affirment donner au moins un câlin à leurs enfants tous les jours, 81% font de même avec leur conjoint et 74% avec leurs animaux de compagnie.

Alors la conclusion au sujet des câlins? N’hésitez pas à offrir un câlin à une personne qui pourrait en bénéficier, à prendre un enfant dans vos bras ou le bercer, à caresser un chien ou un chat, à danser avec notre partenaire, à vous coller près de quelqu’un ou simplement prendre un(e) ami(e) par les épaules.

À la suite de la lecture de cet article, n’hésitez pas à partager avec nous, et entre vous ici sur le blogue,  une situation dans laquelle un câlin vous a particulièrement fait du bien.

Aussi, je vous demande ceci : oseriez-vous demander un câlin en cas de besoin? Ma suggestion est celle-ci : que ce soit pendant vos traitements ou lors de n’importe quelle situation difficile en lien avec votre diagnostic, la prochaine fois que quelqu’un vous demandera « Est-ce que je peux faire quelque chose pour toi? » et que vous ne saurez pas trop quoi répondre, pourquoi ne pas simplement dire « Pour le moment, je pense qu’un câlin me ferait du bien ». Bien sûr, cette demande peut surprendre sur le coup, mais vous en retirerez les bienfaits et la personne qui vous offrira ce câlin sera probablement très contente d’avoir pu contribuer un peu à votre bien-être dans l’immédiat.

Je suis curieuse de vous lire à ce sujet et de savoir ce que vous en pensez!  

 

 

 

6 réponses à “Le pouvoir des câlins”

  1. Robert dit :

    Dans le même sens d’idées dire à une dame : « Merci pour votre beau sourire! » Suscite parfois un petit velours-surprise qu’elle exprime verbalement par un AAAH!

    Quand elle s’est excusée pour un petit rien du tout j’ai enchainé:  » Ça ne fait rien je vous aime pareil !  » Ça lui a fait aussi un petit velours.

    Ha! Je pensais que vous vouliez me voir! Réponse:  » Non mais je suis quand même bien content de vous voir! »
    Elle a répondu que c’est gentil.
    J’adore les câlins gratuits.
    Robert.

    • BlogueRose dit :

      C’est vrai Robert qu’un sourire attire un sourire. Aussi, je pense que nous retirons beaucoup en faisant de bons commentaires aux autres: leur réaction positive nous fait parfois autant de bien que notre commentaire leur en apporte.

  2. hahaha dit :

    Oui c’est vrai les calins sont important et font du bien aussi!Et aussi les caresses c’est très bien aussi!

  3. Sophie dit :

    Rien de mieux qu’un calin, je suis bien d’accord

  4. Mina dit :

    J’aimerai savoir qu’elles sont tes sources sur se que dit sur le calin merci

Laisser un commentaire