Accueil » Motivation - Inspiration » Ces attentes interminables, vous les vivez comment?

22

octobre

Ces attentes interminables, vous les vivez comment?

Je crois que vous allez être d’accord avec moi. Dès que l’on découvre quelque chose d’inquiétant dans son sein ou que nous avons la mauvaise surprise de nous faire rappeler après une mammographie de contrôle, c’est le début d’attentes pénibles qui nous semblent interminables…

Dans mon travail de tous les jours, chez Studio Équilibra, je suis constamment en lien avec des femmes qui vivent ces attentes. Bien que j’entende beaucoup de commentaires positifs des équipes médicales, quant à leur efficacité, il reste que les attentes sont inévitables : attente pour rencontrer le médecin, pour effectuer des examens complémentaires, pour la chirurgie, pour recevoir les résultats de la pathologie, connaître le diagnostic, puis le plan de traitement. Et c’est sans parler du temps qu’il faut s’accorder pour récupérer physiquement. 

Et ces femmes qui vivent ces attentes, elles en disent quoi? Qu’elles sont longues, pénibles, interminables, insupportables. Elles sont angoissantes aussi et remplies d’inquiétudes. On ne parle pas d’attendre patiemment l’autobus ici, mais d’une situation qui aura possiblement un impact sur les semaines, les mois et même les années à venir.

Alors, comment composer avec ces attentes?

Vous le savez, il n’y a pas de recettes magiques. Peu importe la stratégie, elle demandera tout de même beaucoup d’énergie, de discipline et de persévérance pour porter ses fruits.  

Tous les jours, je rencontre des femmes qui composent à leur façon avec ces attentes. Je reçois beaucoup de leurs confidences également. Je vous livre donc en vrac des stratégies utilisées pour composer avec le stress lié aux attentes. À la suite de l’article, je vous invite également à partager vos trucs et vos suggestions.

Les suggestions suivantes sont simples. Je vous suggère de ne pas vous contenter de les lire, mais d’essayer de les appliquer et de les tester une à une pour ainsi découvrir celle qui vous convient le mieux.

Respirer un bon coup: Quand le stress nous habite, il est fréquent que la respiration soit affectée. Parce que votre respiration est automatique habituellement, il est facile d’oublier de prendre le temps de bien respirer. Essayez! Ça fait réellement du bien! Vous pouvez trouver plein d’exercices de respiration en faisant une recherche sur internet (avec Google, par exemple).

Penser à autre chose: Facile à dire, n’est-ce pas? Pour l’avoir vécu moi-même, je sais à quel point ça peut être difficile. Quand les peurs et les craintes se pointent, nous avons le choix de laisser ces pensées s’immiscer en nous ou de les bloquer en les repoussant et en nous recentrant sur d’autres pensées. C’est difficile au début, mais plus on le fait, plus ça fonctionne. Une phrase que j’aime beaucoup est « Je ne laisserai pas cette attente (ou diagnostic) prendre toute la place dans ma vie ». Avoir une attitude positive rend sûrement le chemin plus facile.  

En parler: Soit avec quelqu’un qui vit la même situation, avec une personne en qui on a confiance, à un professionnel de la santé, un psychologue, etc… L’important est de trouver une personne avec une bonne écoute. Évacuer et parler de ses sentiments peut aider à se sentir plus légère!

Pratiquer une activité que vous aimez: Lorsqu’on s’évade à travers une activité, on s’accorde des moments où on pense moins à nos soucis : lire un bon livre, écouter de la musique (pour se relaxer ou se défouler!), prendre le temps d’écouter un film, aller à son resto préféré, etc…

Faire une promenade: En solo ou en bonne compagnie, une marche permet de prendre l’air et de se ressourcer. Une marche apporte une multitude de bienfaits.

Pratiquer votre sport favori: Si votre état vous le permet, bien entendu!

Se renseigner: Les peurs et les craintes sont souvent empirées lorsqu’il s’agit d’inconnu. S’informer peut vraiment aider à diminuer le stress lié aux attentes.

Prendre les étapes une à la fois: Éviter de penser à toutes les étapes à la fois et se concentrer sur la prochaine seulement. La montagne peut sembler haute et intimidante si on pense à tout le chemin à parcourir. Se concentrer seulement sur la prochaine étape, avec les actions liées à cette étape seulement, peut aider à diminuer le stress.

Garder l’humour: Plus que jamais, il est temps de visiter des amis, de regarder une comédie, de se divertir, de lire du contenu plus léger, et de se permettre de rire, ou du moins de sourire! Ça n’enlève en rien le sérieux de notre situation, mais rend le parcours beaucoup plus facile. 

J’aimerais beaucoup lire vos stratégies pour vous aider à vivre au mieux ces périodes d’attentes.  Quel moyen prenez-vous pour diminuer votre stress? Avez-vous des phrases (pensées, citations) qui vous aident? 

Je vous invite à partager vos trucs et stratégies en commentant l’article! N’oubliez pas que c’est en partageant entre nous que ce blogue prend toute sa raison d’être… Au plaisir de vous lire!

Signature blogue rose 2

8 Responses to “Ces attentes interminables, vous les vivez comment?”

  1. Johanne dit :

    Bonjour Julie, je suis très touchée par l’annonce d’un nouveau cancer. Il ne faut surtout pas lâcher.
    Oui l’attente est je crois le pire moment.Dans mon cas, en parler avec ma famille et amis a été très bénifique. Je dois avouer qu’à plusieurs reprise c’est moi qui remontait le moral aux troupes. Donc une bonne touche d’humour ça fait du bien. Comme je dis souvent ne pas s’appitoyer sur soi. Regarder autour de nous il y a souvent pire. Donc parler et rire, je crois la meilleur solution aditionnée de beaucoup d’autres activitées. Ne pas avoir peur de pleurer, ça fait beaucoup de bien. Il y a le soleil qui nous attend après avoir traverser les gros nuages. Confiance,sourire et amour à conserver avec nous.

    • BlogueRose dit :

      Vous faites bien Johanne de mentionner qu’il ne faut pas avoir peur de pleurer. Il faut vivre nos sentiments à travers tout ça!
      Quand vous dites que vous aviez souvent à remonter le moral des troupes, dans mon travail, c’est une constatation qui revient souvent (commentaires de mes clientes).

  2. Lucie dit :

    Bonjour Julie,
    Merci pour ces conseils. Je suis moi même en attente interminable suite à un diagnostic de tumeur dans mon sein droit. Suite à une biopsie réalisée le 27 août dernier, le diagnostic m’a été transmis le 10 septembre, et l’opération devait avoir lieu à la mi-octobre. Mais ma chirurgienne a demandé une IRM que j’ai passé la semaine dernière, et qui vient de prolonger encore les délais d’un autre 2 semaines. Alors, je redis ma phrase célèbre: « On ne nous appelle pas des patients pour rien… » !

  3. Annie Gascon dit :

    Merci pour ton article. Si précis et si vrai.
    Personnellement, je recherche la vache en moi; je m’explique, la vache dans son pré, au soleil, qui broutte de l’herbe, elle est heureuse et ne pense à rien sauf de profiter du moment, alors, dans des moments difficiles, je cherche cette vache en moi. Difficile mais atteignable!
    Deuxièment, j’ai 2 phrases qui m’ont été dites lors de cette épreuve dans ma vie par des amis. Le positif amène le positif…et je fonce, je défonce mais jamais je ne renonce. Phrases trés précieuses. Puisse-t-elles aider. Je me disais souvent aussi que ce cancer était locataire seulement dans mon corps et que j’ai décidé de le mettre à la porte car il me dérangeait…je ne lui ai pas signé de nouveau bail.
    Sourire, aimer la vie, et comme Julie l’a mentionné, une étape à la fois!

  4. BlogueRose dit :

    Annie, votre commentaire fait sourire (la vache), mais il illustre bien l’importance de profiter du moment présent!
    J’adore la phrase: je fonce, je défonce, mais jamais je ne renonce.

  5. Julia dit :

    Afin d’éviter que l’anxiété m’envahisse, je m’entoure de bons amis et ma famille et collègues de travail. J’utilise toutes les façons de communiquer avec mon entourage. Je me ramène beaucoup au présent et oui de vivre une étape à la fois. Je remplis mon agenda avec petit rendez-vous au café, pour un vino, …de courte durée mais agréables où les propos sont diversifiants, superficiels et parfois plus touchants. Je me
    lève le matin et je suis contente d’être là, debout et je m’active tout en me respectant.
    Un nouveau mot est apparu dans mon vocabulaire ACCUEILLIR…Avant je combattais, j’allais au combat avec la rage, la colère , la frustration, j’allais défoncer des portes pour les services face à l’état autistique de mon fils. Oui, maintenant je le regarde évoluer et je me dis que j’ai bien fait. Mais cette fois-ci, je veux vivre ma maladie différemment avec mon entourage et moi-même. Je vais vivre et m’adapter à ce mot cancer et tout ce qui vient avec comme une nouveau voyage… heureusement je suis une fille de nature énergique alors à moi de bien la canaliser…
    bonne journée ensoleillée! :-)

    • BlogueRose dit :

      Merci d’avoir partagé cette façon de composer avec votre situation. C’est très bien dit!
      J’avoue que moi aussi, je ne me voyais pas comme une combattante, parce que j’ai traversé l’épreuve du cancer tout en douce…

Laisser un commentaire